le plus enivrant des romans d'amour, l'indicateur des chemins de fer

"il se plongeait dans le plus enivrant des romans d'amour, l'indicateur des chemins de fer, qui lui apprenait les moyens de la rejoindre, l'après-midi, le soir, ce matin même ! Le moyen ? presque davantage : l'autorisation. Car enfin l'indicateur et les trains eux-mêmes n'étaient pas faits pour des chiens. Si on faisait savoir au public, par voie d'imprimés, qu'à huit heures du matin partait un train qui arrivait à Pierrefonds à dix heures, c'est donc qu'aller à Pierrefonds était un acte licite" (Un amour de Swann, A la recherche du temps perdu, Marcel Proust)

(...)

"Dès que venait le jour où il était possible qu'elle revînt, il rouvrait l'indicateur, calculait quel train elle avait dû prendre, et si elle s'était attardée, ceux qui lui restaient encore. Il ne sortait pas de peur de manquer une dépêche, ne se couchait pas, pour le cas où, revenue par le dernier train, elle aurait voulu lui faire la surprise de venir le voir au milieu de la nuit." (Un amour de Swann, A la recherche du temps perdu, Marcel Proust)
 

le plus enivrant des romans d'amour, l'indicateur des chemins de fer | Un amour de Swann, A la recherche du temps perdu, Marcel Proust