Marcel Proust | Le nez, sous l'aile mystérieuse de qui j'aurais voulu me placer car elle me parlait d'une domination peut-être cruelle mais étrange | La femme de chambre de Mme Putbus (ébauches du Cahier 50)

dessin de Marcel Proust : la femme de chambre de Mme Putbus - Cahier 50 Fonds Proust BNF Gallica

Dessin / croquis de Marcel Proust dans le Cahier 50, BNF Gallica.
La femme de chambre de la baronne Putbus.

~~

dans un autre genre il y a la première femme de chambre de Mme Putbus. (...)

« De quoi parlions-nous ? Ah ! de cette grande blonde, la femme de chambre de Mme Putbus. Elle aime aussi les femmes, mais je pense que cela t'est égal ; je peux te dire franchement, je n'ai jamais vu créature aussi belle. – Je me l'imagine assez Giorgione ? – Follement Giorgione !

Sodome et Gomorrhe

~~

Ebauches, Cahier 50. La femme de chambre de Mme Putbus à Padoue :

(...) Et quand j'arrivai dans le jardin brûlé du soleil où est la chapelle, je reconnus au premier abord, pour devoir être encore inconnue sur les pelouses où les vignes faisaient un paysage de primitif, une femme grande, majestueuse, aux cheveux blonds massés sur le front, la tête couverte d'un chapeau en forme de cloche comme une femme allégorique, et qui en effet avait précisément la majesté d'une de ces femmes de Giotto, et tenant un instrument que je reconnus ensuite pour être seulement un face-à-main extrêmement grand et prétentieux mais qui de loin avait l'air d'un de ces attributs qu'on ne sait pas bien démêler d'abord et qui aurait pu être l'emblème de l'impudeur, les balances de la justice ou le miroir de la vérité. Ses traits étaient majestueux et fiers, son expression froide et close, son regard un peu dur ; mais pénétrer le secret de ce regard, vivre sous cette loi, en caresser la fierté, me parut une existence enivrante, c'était peut-être caché, inavoué encore, le plaisir que j'aurais à posséder son corps, qui mettait dans les jours que j'imaginais autour de lui ce charme que j'appelais : connaître une âme différente de la mienne, pénétrer dans cette vie secrète. Et cependant à mesure que je m'approchais elle m'attirait et me repoussait à la fois par ce double caractère que j'ai bien souvent trouvé aux femmes dont on m'avait parlé comme accessibles, ou que je découvrais telles, quelque chose de plus beau qu'aux autres - peut-être parce que leur beauté leur avait occasionné plus de tentations et d'abords - qui faisait du présent qui s'offrait à moi quelque chose d'inespéré, celui que j'eusse choisi entre tous les autres - et tout à la fois quand je m'approchais une sorte de tare, quelque chose de frelaté, de gâté souvent dans la peau même, ce quelque chose qui, quand on a été émerveillé de la splendeur d'un cadeau qu'on choisit pour un prix très modeste, tout d'un coup nous le montre commun, si éblouissant qu'il soit dans l'ensemble, n'ayant pas, dans la plus petite de ses parties, la qualité solide et de bon aloi qu'on trouve à des objets faisant moins d'effet, si bien qu'après l'avoir trouvé une occasion merveilleuse, on ne le trouve même plus donnable. Et quand je m'approchai de la merveilleuse Vierge de Giotto, sous la cloche dont je me demandais : "Qu'est-ce ?", je vis son teint lézardé comme était lézardée dans la reproduction la figure de la Charité, si bien que je m'étais toujours demandé ce que c'était que cette lézarde, si c'était un défaut de la photographie ou de l'original, jusqu'à ce que Swann m'ait appris que c'était une lézarde dans le mur de la fresque. Je ne tardai pas à savoir ce que cela signifiait dans la figure de l'allégorie de Giotto qui m'attendait sur la pelouse entre les vignes des primitifs. L'admirable fille qui aurait dû l'être en effet, et qui le restait encore, avait été atrocement brûlée dernièrement dans un incendie. C'était cela l'accident qu'on avait dit à ma messagère quand elle avait fait la démarche  que je me gardais bien de révéler. D'ailleurs l'Impureté de Giotto était persuadée que je le savais.

Malheureusement à peine eus-je dit bonjour à la belle fille au dur visage qu'abdiquait sa hauteur méchante en un sourire niais et bénévole qui en fit crever la raideur en flasques courbes et remplacer chacun de leurs mystères par les lieux communs les plus communs de la stupidité la plus banale. Le nez, sous l'aile mystérieuse de qui j'aurais voulu me placer car elle me parlait d'une domination peut-être cruelle mais étrange, se détendit en une expression de sottise et d'indécision la plus banale et la plus commune du monde. (...)

Extraits du

Fonds Proust - Cahier 50 - Gallica BNF :

Albertine disparue (ébauches avec développement important sur la femme de chambre de Mme Putbus)

-> Une transcription plus complète de ces ébauches est à retrouver, avec d'autres esquisses, dans l'indispensable édition Gallimard (folio, volume Albertine disparue, document V : La femme de chambre de Mme Putbus à Padoue, ou Bibliothèque de la Pléiade).

 

Fonds Proust - Cahier 50 - Gallica BNF : Albertine disparue (ébauches avec développement important sur la femme de chambre de Mme Putbus)

Malheureusement à peine eus-je dit bonjour à la belle fille au dur visage

Fonds Proust - Cahier 50 - Gallica BNF : Albertine disparue (ébauches avec développement important sur la femme de chambre de Mme Putbus)

Fonds Proust - Cahier 50 - Gallica BNF : Albertine disparue (ébauches avec développement important sur la femme de chambre de Mme Putbus)

dessin de Marcel Proust : la femme de chambre de Mme Putbus - Cahier 50 Fonds Proust BNF Gallica

Fonds Proust - Cahier 50 - Gallica BNF : Albertine disparue (ébauches avec développement important sur la femme de chambre de Mme Putbus)

 

 

Site marcel-proust.com 2021

Heroine | Nietzsche | Anthologie Nietzsche | Texto

Contact : Twitter: Films7 | Email : f7contact@gmail.com

Haut de Page